Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’aime Bruxelles tôt le matin, quand il est cinq ou six heures, les rues sont silencieuses. Vers sept heures, je l’aime sûrement un peu moins. J’aime cette ville surtout quand je suis à Montgomery ou à Schaerbeek. J’aime admirer les premiers voyageurs de la gare du Nord, qui affluent le long des quais de manière circonscrite. Ou le départ des commerçants de la joie, non loin de la rue Rogier. Comment aimer Bruxelles sans aimer Ixelles et ses mille couleurs à Matonge ? Comment aimer Bruxelles sans aimer son architecture, qui est tout simplement majestueuse ? Comment aimer Bruxelles sans aimer ceux et celles qui la peuplent ?

Je n’aime pas trop Bruxelles quand je dois être solidaire de mes amis et les accompagner dans des boîtes de nuit, non loin de Louise, où je dois soit me taper des musiques à tue-tête ou des rythmes tellement Hardtek que mon cerveau me signale qu’il va exploser. J’aime moins Bruxelles quand il pleut et que je me retrouve bloqué à l’arrêt d’un tram à Forest. En semaine, j’aime moins Bruxelles la nuit, juste parce que je ne suis pas trop inspiré, ne sais trop quoi faire ni où aller, surtout dans mes périodes où je ne suis pas célibataire.

J’aime Bruxelles quelquefois parce que ça me rappelle Munich (Allemagne). Je ne sais plus trop pourquoi, mais c’est comme ça. J’aime aussi sûrement Bruxelles parce que j’aime les bières belges. J’aime Bruxelles parce que je n’y vis pas, mais que j’y vais régulièrement. J’apprécie les week-ends dans cette ville. J’aime Bruxelles intensément et ceci quand je suis célibataire et que je pavane vers la Grand-Place, vêtu de mon plus beau costume à la recherche d’un sourire qui conjuguerait avec moi le verbe aimer. J’aime beaucoup plus Schaerbeek en soirée parce que de l’appartement où je loge, je peux regarder les gratte-ciel éclairés, on dirait une mini Chicago (États-Unis).

J’aime Bruxelles quand il fait froid, à cette période on peut manger des frites à tout bout de champ, des gaufres et monter sur des manèges. À Noël, Bruxelles est merveilleuse. J’aime Bruxelles quand je suis invité par des étudiants, à leur fête où l’on boit beaucoup d’alcool, et décrétons, après avoir ingurgité dix bières blondes, en développant nos stratégies, qu’il est temps pour nous de sauver définitivement le monde, mais que pour l’instant un petit somme ne nous fera pas de mal.

Pourquoi j’aime Bruxelles ?
Tag(s) : #Chronique : Pourquoi j’aime Bruxelles ?, #CHRONIQUES, #Michel Tagne Foko

Partager cet article