Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mektouba - Karima Berger

Ça s’ouvre avec un ton de dramaturgie. On ne sait pas si cela va vers le roman chorale ou classique. Mais on est sûr qu’ici on parle de la séparation, même si on ne sait pas trop de quoi ni de qui : matériel ou physique ou les deux. « Elle les hante, non pas son jardin ou ses chambres ou ses échappées sur la baie, non, son or. Tous partis refaire leur vie mais comme ces SDF qui veulent vivre de rien ils ramassent dans leur caddy tout ce qui peut faire maison. Partis pour rien, même pas pour fonder des familles dans d’autres maisons avec d’autres enfants dans d’autres pays, même pas ! Ils comptent sur le bien du père, sans le père ». Quelques lignes plus tard, l’histoire est bien claire, les fondations sont bien posées...

Je trouve que ce livre est spécial, venant de moi il n’y a aucune connotation péjorative. Spécial tant au niveau des mots choisis que de la manière dont l’auteur les positionne. Vous l’aurez compris, j’ai pris un vilain plaisir à lire ce livre. Il est très intrigant.

Extraits :

« Ce nom qui n’est pas le nôtre, mais celui que les Français nous attribuèrent quand ils se mirent en tête de recenser leurs indigènes, Ben Amar, c’était plus simple qu’Abd-al-Qadir el-Rahmani Ibn Amar. Le génie cartésien civilisa notre patronyme, simple, carré, pas trop compliqué, ils n’allaient pas s’embêter avec une généalogie de Bicots », « notre histoire n’a aucun intérêt pour eux, ni celle de notre nom, ni celle du pays, ni celle de leurs ancêtres », « oui j’aimerais ne pas mourir, oui je veux encore vivre, oui je veux encore jouir et la mort je parle avec elle chaque jour, on se découvre et on se jauge, elle est mon intime, toute proche de ma veine jugulaire; qui vous a autorisés à la convoquer, elle vient quand elle veut ! Je crains qu’elle ne se venge ».

Mektouba - Karima Berger
Tag(s) : #CHRONIQUES DE LIVRES, #Mektouba - Karima Berger

Partager cet article