Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jocelyne  Corbel,  membre  du bureau de  la  SEN (Société  des  Ecrivains Normands),  de  « Auteurs  en Cotentin », d'Aliéner et du Cercle de poésie André Druelle.Jocelyne Corbel, membre du bureau de la SEN (Société des Ecrivains Normands), de « Auteurs en Cotentin », d'Aliénor et du Cercle de poésie André Druelle.

Je viens de lire la dernière phrase qui est aussi le titre du dernier ouvrage de  Daniel Lapierre : « Et si seulement ».  Une belle chronique de vie, un partage lucide et émouvant. Mais pas trop, juste ce qu'il faut ... L'auteur relate une fin de vie en milieu hospitalier : un passage obligé dans l'existence et un environnement qui  me sont familiers puisque j'étais  infirmière dans une maison de retraite. Je peux donc l'avouer : on a beaucoup à apprendre de l'Autre et de Soi dans ces derniers  instants.   Daniel  Lapierre  a  su  restituer  des  moments  intenses  d'échanges  entre Marie-Anne, bénévole d'une association d'aide aux malades, vaillante et verticale, et Hélène, très  malade,  presque  toujours  horizontale,  toutes  deux  ex-enseignantes.  La  confiance s'installe, l'amitié, l'étonnement, l'incrédulité... au fil de conversations ponctuées par le bruit des chariots dans le couloir, la nausée qui accompagne les repas, des quintes de toux, des investigations ou interventions de dernier recours, des coups de téléphone des amies... Des amies de longue date, cultivées, affranchies, qui se sont crues armées pour l'existence. Cinq amies de lycées devenues pourtant le jouet des hommes. Hélène, peut-être la plus intelligente d'entre elles, la plus érudite surtout, réaliste, efficace, que son métier de directrice d'école a vouée à aider les autres de sa compétence et de sa sagesse, ne s'est jamais montrée capable de gérer  raisonnablement  sa  propre  existence.  Elle  a  joué  le  Saint-Bernard  et  la  bonne Samaritaine,  devenant  de  son  plein  gré  la  proie  d'hommes  faibles,  veules,  butineurs  et profiteurs.  Quel  soulagement  de  raconter  son  passé  tourmenté  et  douloureux !  Mais  sans pathos inutile. L'auteur conserve son humour et son envie de griffer, de faire des blagues, comme « se cacher sous le lit  pour le seul plaisir garanti de voir la tête de l'infirmière » (page 79). Les dialogues sont intelligents et lucides : « Je me suis infligée la vie que j'ai eue ».

   Et si seulement  vous lisiez ce livre ? Il est excellent, n'hésitez pas !

 

AMAZON                                   FNAC                               DECITRE      

Et si seulement de Daniel Lapierre
Et si seulement de Daniel Lapierre
Tag(s) : #Appréciation de Jocelyne Corbel sur « Et si seulement » de Daniel Lapierre., #CHRONIQUES DE LIVRES, #Et si seulement de Daniel Lapierre

Partager cet article