Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les eaux troubles du Maroni de Daniel Lapierre

Les eaux troubles du Maroni de Daniel Lapierre

 

 

Il ne vous surprendra pas que j'aie aimé Les eaux troubles du  Maroni.

Là je suis encore baignée par la moiteur étouffante du climat, par l'exubérance des fleurs  de balisiers, dans la cohabitation  des carbets,  je suis engloutie dans la mangrove, submergée de couleurs, d'odeurs,  de bruits, de sons  allant  de la succion des pieds nus dans la boue jusqu'aux mélodies des accents les plus divers.

À partir de la lecture de ce roman, on  est aux antipodes  du descriptif documenté.

 Avec votre double, écrivain globe-trotter, on est du voyage, on est dans le voyage, on tangue dans les taxis de brousse, on dégouline de sueur, on aime les rencontres, on vit tous les risques, on y est,... et c'est formidable.

Un autre compliment, votre  personnage d'Ozalee  a une présence extraordinaire de naturel ; léger et profond, il occupe  une  place signée  comme une évidence. C'est  une réussite, vraiment.

 Voilà, comme toujours des impressions brutes, « à chaud. 

 

Une chronique d’Irène Leblond, vice-présidente de la Société des écrivains normands

 

Résumé :

Etranges voyages dans le temps, quand passé et présent interfèrent et désancrent sans cesse le lecteur... Il flotte avec Julien, écrivain globe-trotter, à la recherche désabusée d'un intérêt romanesque nouveau à travers ses racines afin de combler le vide que lui laisse la disparition de sa femme Judith. Le hasard introduit dans sa vie de solitaire Ozalee, infirmière d'origine amérindienne, qui l'entraîne dans son passé à elle et les légendes qui courent au coeur de la forêt guyanaise.

Tag(s) : #Société des écrivains normands, #Cayenne, #Guyane, #Littérature

Partager cet article